Véronique, 58 ans

Tatouée par Juliette (Atelier 105bis)

Cette branche de pommier du Japon me donne des racines, je me sens plus sûre de moi.

J’ai eu mon cancer du sein à 49 ans, et en apprenant la nouvelle, ma vie a basculé. J’étais en pleine forme, et on m’a découvert une maladie sournoise qui avait déjà commencé à faire son petit bonhomme de chemin en douce. J’ai eu une mastectomie, une chimio, une radiothérapie et un traitement hormonal. J’ai été une bonne élève, j’ai suivi les protocoles de la médecine allopathique, et ça a fonctionné ! Je me suis aussi fait accompagner psychologiquement, par des médecines alternatives et une remise au sport.

 

J’ai été soutenue par toute ma famille et mes amis, mais, malgré tout, c’est un combat que l’on affronte aussi seule. Je pense que c’est aussi le cas pour les accompagnants. J’ai toujours vu le verre à moitié plein et cette épée de Damoclès m’a convaincue davantage de profiter pleinement de la vie, de chaque petit et grand plaisir, et surtout des gens que j’aime. Neuf ans plus tard, je vais bien et j’ai le bonheur d’être grand-mère !

 

J’ai découvert Sœurs d'Encre « par hasard » il y a un an et demi, mais, en réalité, je pense qu’il n’y a pas de hasard ! En cherchant des soutiens-gorge sur le net, j’ai vu le travail des tatoueuses engagées, et ça a été une évidence pour moi. Je voulais me réapproprier ce que la maladie m’avait enlevé, en faire quelque chose de beau et d’unique !

 

La rencontre avec ma tatoueuse a été magique. Une parenthèse de bienveillance, de gentillesse, d’énergie et de talent. Son tatouage est une véritable reconstruction, une renaissance, et ce à tous les niveaux. Cette branche de pommier du Japon me donne des racines, je me sens plus sûre de moi. Je me sens entière et féminine, j’aime ce que je vois dans le miroir. J’avance, plus forte qu’avant.

 

Je remercie l’association de tout mon cœur. La force de la sororité est incroyable.


Retranscription du témoignage par Mélissa Castillon.