La Semaine Rose Tattoo

Se faire tatouer après un cancer du sein, par des tatoueuses et tatoueurs sensibilisés et formés, c'est possible lors de la Semaine Rose Tattoo organisée pendant octobre rose.

Nathalie Kaïd, artiste photographe a créé cette semaine en 2016, accueillie par la Maison Rose à Bordeaux et en partenariat avec l'Institut Bergonié.

Le Tatouage, réparateur ou thérapeutique ?

Pour certaines, se faire tatouer est une évidence, pour d'autres c'est une envie encore un peu floue, pour la plupart, cela peut-être une crainte, une source de questionnements : ma peau irradiée va-t-elle supporté ça ? Ma cicatrice peut-elle être tatouée ? Combien de temps après l'opération ?...

 

C'est pour répondre à toutes ces questions que la Semaine Rose Tattoo associe des médecins, oncologues et chirurgiens de l'Institut Bergonié.

Lors des réunions d'information préalables, ils sont présents, ils orientent, convaincus que ces tatouages ont des vertus thérapeutiques. Ce ne sont pas des consultations, mais bien des avis dans un contexte non médical.

 

La décision de se faire tatouer appartient à chacune.

 

 

Réapproprier son corps et sa féminité

La Semaine Rose Tattoo s'adresse aux femmes qui ont subi un cancer du sein.

Lors d’Octobre Rose 2016, Rose Tattoo a rencontré un grand succès : 9 femmes ont été tatouées avec des projets différents et des blessures différentes.

Certaines avaient subi une tumorectomie et voulaient masquer la cicatrice.

D'autres, une mastectomie totale simple ou double et souhaitaient embellir leur non-sein ou leur nouveau sein reconstruit.

D'autres encore ont opté pour le masquage d'une cicatrice créée lors de l'opération de reconstruction par grand dorsal.

 

Avant la semaine d'octobre, les femmes échangent sur leurs ressentis, leurs inquiétudes, leurs envies avec d'autres femmes déjà tatouées.

 


Des tatoueuses et tatoueurs bénévoles

Les tatoueuses et tatoueurs sont tous bénévoles et interviennent de manière gratuite.

 

Pendant la dernière réunion d'information préalable, les femmes qui ont décidé de franchir le pas, rencontrent les tatoueuses et tatoueurs. La liste des tatoueurs est diffusée en amont de manière à permettre aux femmes de faire un premier choix en fonction du travail artistique de chacun, de leur sensibilité artistique. 

Tout en gardant à l'esprit que les tatoueurs ne choisissent pas le motif, l'esprit ou le dessin pour les femmes. Les tatoueurs orientent et conseillent sur le traitement artistique. 

La plupart sinon la totalité ont déjà tatoué des cicatrices de cancer. 

 

Choisir son tatoueur ou sa tatoueuse, c'est le confort qu'offre cette semaine. Car c'est bien une rencontre, une aventure commune et partagée entre la femme blessée et son tatoueur, sa tatoueuse.

La Maison Rose, un hâvre

La Semaine Rose Tattoo comme les réunions préalables d'informations se tiennent dans la Maison Rose à Bordeaux.

 

Dans ce lieu paisible, autour d'une grande table, se joue une sorte de speed dating entre les participantes.

 

Et en octobre, pendant une semaine, les séances de tatouage se succèdent tous les jours. 

 

Un lieu sécurisant et rassurant.

 

Comme l'explique Jenna Boitard “La Maison Rose est un lieu où la parole se libère, où un autre regard sur les femmes et la maladie devient possible. [...] Le corps y est accepté sans tabou, sans discrimination. Exactement comme le veut le tatouage !"